En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal Oniris

Biologie Epidémiologie et Analyse de Risque en santé animale

BIOEPAR - http://www6.angers-nantes.inra.fr/bioepar

Prendre en compte la structure du paysage pour mieux comprendre l’épidémiologie des maladies transmises par les tiques

Tiques gorgées sur la tête d’un campagnol roussâtre, une des espèces de petits rongeurs les plus fréquentes au sein de nos agro-écosystèmes.  Photo Yann Rantier (projet OSCAR).
Avec plusieurs centaines de milliers de cas humains par an, les maladies à tique sont les maladies vectorielles les plus importantes en Europe. Elles font intervenir une grande diversité d’espèces de vertébrés sauvages et domestiques qui sont des hôtes de nourrissage utilisés par les tiques pour leurs repas sanguins mais aussi des réservoirs d’agents infectieux transmis par ces acariens. La mosaïque d’habitats que constituent les paysages bocagers (forêts, haies, cultures, prairies…) influence la distribution dans l’espace de ces agents pathogènes. Le taux d’infection par des bactéries transmises par les tiques varie chez des petits rongeurs échantillonnés dans des sites dont les paysages présentent différentes surfaces de boisement et densités de haies. La fréquence des bactéries responsables de l’anaplasmose augmente avec la proportion d’habitats boisés, elle-même corrélée à l’abondance des mulots sylvestres qui sont des réservoirs efficaces de cet agent pathogène. Pour les bactéries responsables de la maladie de Lyme, plus l’interface entre milieux boisés et prairies est important, plus elles sont fréquentes dans les petits rongeurs. Ces résultats illustrent la nécessité de prendre en compte l’écologie des communautés et l’écologie du paysage pour mieux comprendre l’épidémiologie de ces maladies.

Contexte et enjeux :

Avec plusieurs centaines de milliers de cas humains par an, les maladies à tique sont les maladies vectorielles les plus importantes en Europe. Elles font intervenir une grande diversité d’espèces de vertébrés sauvages et domestiques qui sont des hôtes de nourrissage utilisés par les tiques pour leurs repas sanguins mais aussi des réservoirs d’agents infectieux transmis par ces acariens. A ce titre, elles constituent des exemples emblématiques pour les approches d’écologie de la santé, illustrant les liens étroits entre milieux naturels (notamment boisés) et anthropisés et leurs conséquences sur l’épidémiologie des zoonoses. Les changements globaux (réchauffement climatique, effondrement de la biodiversité, changements d’usage des sols) les impactent particulièrement. Le projet ANR OSCAR (Outil de Simulation Cartographique à l’échelle du paysage Agricole du Risque acarologique) se situait à l’échelle des paysages agricoles pour appréhender ces enjeux majeurs en santé publique.

Résultats :

Nous avons mesuré le taux d’infection par des bactéries transmises par les tiques de petits rongeurs  échantillonnés dans des sites présentant différents types de paysages caractérisés par leur surface de boisement et leur densité de haies. La fréquence des bactéries responsables de l’anaplasmose augmente avec la proportion d’habitats boisés, elle-même corrélée à l’abondance des mulots sylvestres qui sont des réservoirs efficaces de cet agent pathogène. Pour les bactéries responsables de la maladie de Lyme, plus l’interface entre milieux boisés et prairie est important, plus elles sont fréquentes dans les petits rongeurs. En revanche, la prise en compte de la connectivité des milieux boisés n’améliore pas les modèles statistiques expliquant la variabilité spatiale de la fréquence de ces agents pathogènes chez les petits rongeurs.

Ces résultats illustrent la nécessité de prendre en compte l’écologie des communautés et l’écologie du paysage pour mieux comprendre l’épidémiologie de ces maladies.

Perspectives :

Combinées à un simulateur permettant de générer des paysages avec différentes proportions des différents milieux (boisement, prairies, cultures, haies, constructions), ces études permettront d’explorer les conséquences des modifications du paysage sur le risque acarologique. Par ailleurs, nous avons pour objectif de prendre en compte explicitement les mouvements des hôtes, notamment les chevreuils, au sein de la mosaïque d’habitats que constituent ces paysages, afin de mieux comprendre comment ils contribuent à la dispersion des tiques à cette échelle.

Valorisation :

2 articles ont été publiés sur le thème « paysage et maladies à tiques » en 2020 (mentionnés infra) mais aussi en 1 2018 et 3 en 2017)

Plusieurs articles de vulgarisations scientifiques et conférences grands publics en lien avec le projet OSCAR

Références bibliographiques :

Perez, G., Bastian, S., Chastagner, A., Agoulon, A., Rantier, Y., Vourc’h, G., Plantard, O., and Butet, A. 2020. Relationships between landscape structure and the prevalence of two tick-borne infectious agents, Anaplasma phagocytophilum and Borrelia burgdorferi sensu lato, in small mammal communities. Landscape Ecology:718403. https://doi.org/10.1007/s10980-019-00957-x

Lebert I., Agoulon A., Bastian S., Butet A., Cargnelutti B., Cèbe N., Chastagner A., Léger E., Lourtet B., Masseglia S., McCoy K. D., Merlet J., Noël V., Perez G., Picot D., Pion A., Poux V., Rames J.-L., Rantier Y., Verheyden H., Vourc'h G., Plantard O. 2020. Distribution of ticks, tick-borne pathogens and the associated local environmental factors including small mammals and livestock, in two French agricultural sites: the OSCAR database. Biodiversity Data Journal, 8:e50123 doi: 10.3897/BDJ.8.e50123

 

 

tiques

Tiques gorgées sur la tête d’un campagnol roussâtre, une des espèces de petits rongeurs les plus fréquentes au sein de nos agro-écosystèmes.  Photo Yann Rantier (projet OSCAR).