En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal Oniris

Biologie Epidémiologie et Analyse de Risque en santé animale

BIOEPAR - http://www6.angers-nantes.inra.fr/bioepar

Phylogéographie de la tique Ixodes ricinus : forte divergence génétique entre populations nord-africaines et européennes.

phylogeographie_de_la_tique_ixodes_ricinus
Pour lutter efficacement contre les tiques (vaccins anti-tiques, produits acaricides), il est indispensable de connaître leur variabilité génétique. Nous avons montré que les populations eurasiatiques d’Ixodes ricinus ne présentent pas de structuration génétique alors que celles d’Afrique du nord sont très divergentes. Ces populations pourraient aussi présenter des différences phénotypiques, comme la compétence vectorielle ayant des conséquences sur l’épidémiologie de certaines maladies transmises par les tiques.

Contexte / enjeux

Les tiques sont des acariens hématophages capables de transmettre de nombreuses maladies, aussi bien à l’homme (maladie de Lyme, encéphalite à tique…) qu’aux animaux (piroplasmose et anaplasmose bovines..). A l’échelle mondiale, elles sont considérées comme le deuxième groupe de vecteurs le plus important, après les moustiques. En plus de ces enjeux en santé humaine et animale, on peut associer les tiques et les maladies qu’elles transmettent à des enjeux  environnementaux en raison du rôle important de la faune sauvage pour le gorgement des tiques mais aussi comme réservoir d’agents pathogènes. Afin de lutter efficacement contre ces vecteurs, par exemple à l’aide de vaccins anti-tiques ou de produits acaricides, il est indispensable de connaître leur variabilité génétique. Ixodes ricinus est l’espèce de tique la plus fréquente en Europe : son aire de répartition couvre la majorité de la zone ouest paléarctique, de l’Afrique du nord au sud de la Scandinavie, et de l’Irlande à la mer Caspienne. L’objectif de cette étude était de caractériser la variabilité génétique d’un large panel de populations couvrant l’ensemble de l’aire de répartition de cette tique en analysant le polymorphisme nucléotidique de plusieurs gènes et de décrire la partition de cette variabilité inter et intra-population.

Résultats

Nous avons échantillonné 40 populations couvrant l’ensemble de l’aire de répartition d’Ixodes ricinus, puis séquencé 2 gènes mitochondriaux et 4 gènes nucléaires de 60 individus. La diversité génétique observée n’est pas structurée en fonction de l’origine géographique des échantillons. La diversité observée à l’échelle de toute l’Europe est similaire à celle observée dans une seule population française. Malgré les faibles capacités de dispersion active de ces vecteurs non ailés, ces résultats suggèrent l’existence d’importants flux de gènes entre ces populations, liés aux mouvements des hôtes sauvages (oiseaux, chevreuils…) ou domestiques (échanges commerciaux) sur lesquels les tiques restent fixées plusieurs jours (le temps de leur repas sanguin). Les patrons de diversité nucléotidiques suggèrent que ces populations sont en expansion récente. Contrairement à ce qui a été observé au sein des populations européennes, les tiques des populations d’Afrique du nord – où les tiques sont cantonnées à des zones montagneuses plus humides - se sont avérées génétiquement très divergentes de toutes les autres populations de l’ouest paléarctique, indiquant un isolement génétique ancien.

Perspectives

Cette étude est la première à mettre en évidence l’existence d’une forte divergence génétique de certaines populations d’I.  ricinus au sein de son aire de répartition. Des études complémentaires sont en cours afin de savoir si les populations nord-africaines et européennes de cette tique sont interfertiles (existence d’un isolement reproducteur pré-  ou post-copulatoire ?). Des expériences sur la compétence vectorielle de ces différentes populations de tiques pour différents agents pathogènes devront être réalisées afin de savoir si, à ces différences génétiques, correspondent aussi des différences phénotypiques qui auraient des conséquences majeures pour l’épidémiologie des maladies transmises par les tiques.

Partenaires

Institut Pasteur de Tunis (Professeur Ali Bouattour)

Publications

  • Noureddine R., Chauvin A. et Plantard O. (2011). Lack of genetic structure among Eurasian populations of the tick Ixodes ricinus contrasts with marked divergence from north-African populations. International Journal for Parasitology 41. Pp 183-192.