En savoir plus

A propos des cookies

Qu’est-ce qu’un « cookie » ?

Un "cookie" est une suite d'informations, généralement de petite taille et identifié par un nom, qui peut être transmis à votre navigateur par un site web sur lequel vous vous connectez. Votre navigateur web le conservera pendant une certaine durée, et le renverra au serveur web chaque fois que vous vous y re-connecterez.

Différents types de cookies sont déposés sur les sites :

  • Cookies strictement nécessaires au bon fonctionnement du site
  • Cookies déposés par des sites tiers pour améliorer l’interactivité du site, pour collecter des statistiques

> En savoir plus sur les cookies et leur fonctionnement

Les différents types de cookies déposés sur ce site

Cookies strictement nécessaires au site pour fonctionner

Ces cookies permettent aux services principaux du site de fonctionner de manière optimale. Vous pouvez techniquement les bloquer en utilisant les paramètres de votre navigateur mais votre expérience sur le site risque d’être dégradée.

Par ailleurs, vous avez la possibilité de vous opposer à l’utilisation des traceurs de mesure d’audience strictement nécessaires au fonctionnement et aux opérations d’administration courante du site web dans la fenêtre de gestion des cookies accessible via le lien situé dans le pied de page du site.

Cookies techniques

Nom du cookie

Finalité

Durée de conservation

Cookies de sessions CAS et PHP

Identifiants de connexion, sécurisation de session

Session

Tarteaucitron

Sauvegarde vos choix en matière de consentement des cookies

12 mois

Cookies de mesure d’audience (AT Internet)

Nom du cookie

Finalité

Durée de conservation

atid

Tracer le parcours du visiteur afin d’établir les statistiques de visites.

13 mois

atuserid

Stocker l'ID anonyme du visiteur qui se lance dès la première visite du site

13 mois

atidvisitor

Recenser les numsites (identifiants unique d'un site) vus par le visiteur et stockage des identifiants du visiteur.

13 mois

À propos de l’outil de mesure d’audience AT Internet :

L’outil de mesure d’audience Analytics d’AT Internet est déployé sur ce site afin d’obtenir des informations sur la navigation des visiteurs et d’en améliorer l’usage.

L‘autorité française de protection des données (CNIL) a accordé une exemption au cookie Web Analytics d’AT Internet. Cet outil est ainsi dispensé du recueil du consentement de l’internaute en ce qui concerne le dépôt des cookies analytics. Cependant vous pouvez refuser le dépôt de ces cookies via le panneau de gestion des cookies.

À savoir :

  • Les données collectées ne sont pas recoupées avec d’autres traitements
  • Le cookie déposé sert uniquement à la production de statistiques anonymes
  • Le cookie ne permet pas de suivre la navigation de l’internaute sur d’autres sites.

Cookies tiers destinés à améliorer l’interactivité du site

Ce site s’appuie sur certains services fournis par des tiers qui permettent :

  • de proposer des contenus interactifs ;
  • d’améliorer la convivialité et de faciliter le partage de contenu sur les réseaux sociaux ;
  • de visionner directement sur notre site des vidéos et présentations animées ;
  • de protéger les entrées des formulaires contre les robots ;
  • de surveiller les performances du site.

Ces tiers collecteront et utiliseront vos données de navigation pour des finalités qui leur sont propres.

Accepter ou refuser les cookies : comment faire ?

Lorsque vous débutez votre navigation sur un site eZpublish, l’apparition du bandeau « cookies » vous permet d’accepter ou de refuser tous les cookies que nous utilisons. Ce bandeau s’affichera tant que vous n’aurez pas effectué de choix même si vous naviguez sur une autre page du site.

Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur le lien « Gestion des cookies ».

Vous pouvez gérer ces cookies au niveau de votre navigateur. Voici les procédures à suivre :

Firefox ; Chrome ; Explorer ; Safari ; Opera

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de INRAE par email à cil-dpo@inrae.fr ou par courrier à :

INRAE
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2021

Menu Logo Principal Oniris

Biologie Epidémiologie et Analyse de Risque en santé animale

BIOEPAR - http://www6.angers-nantes.inra.fr/bioepar

Des chercheurs identifient les espèces d'oiseaux qui présentent un risque pour la sécurité alimentaire des cultures

E. coli et Salmonella sont rares chez les oiseaux sauvages, Campylobacter plus fréquent

Identification des espèces d'oiseaux présentant un risque pour la sécurité alimentaire des cultures
Nora Navarro Gonzalez, chercheuse à BIOEPAR a contribué à cette étude menée par l'Université Davis de Californie. Version originale de l'article par Emily Dooley.

Les inquiétudes concernant les risques alimentaires liés aux oiseaux ne sont peut-être pas aussi graves que ne le pensaient les producteurs de fruits et légumes, selon une étude de l'Université Davis de Californie, qui a révélé une faible prévalence d'E. coli et de Salmonella.

Si la recherche a révélé que le risque est souvent faible, il varie selon les espèces. Les oiseaux tels que les étourneaux qui se rassemblent en grand nombre et se nourrissent au sol près du bétail sont plus susceptibles de propager des bactéries pathogènes aux cultures comme la laitue, les épinards et le brocoli, selon l'étude sur le risque de sécurité alimentaire et les pathogènes aviaires. En revanche, les espèces se nourrissant d'insectes étaient moins susceptibles de transporter des agents pathogènes.

Les découvertes, publiées dans la revue Ecological Applications, suggèrent que la pratique actuelle consistant à supprimer les habitats des oiseaux autour des fermes des producteurs de fruits et légumes, par crainte que les animaux n'introduisent des agents pathogènes d'origine alimentaire dans leurs champs, ne résout pas le problème.

"Les agriculteurs sont de plus en plus préoccupés par le fait que les oiseaux puissent propager des maladies d'origine alimentaire dans leurs cultures", a déclaré Daniel Karp, auteur principal de l'étude et professeur adjoint au département de biologie de la faune, de la pêche et de la conservation de l'UC Davis. "Pourtant, toutes les espèces d'oiseaux ne présentent pas le même risque".

GettyImages-1225199559

Les espèces qui forment de grands rassemblements et qui sont associées au bétail, comme cet étourneau européen envahissant, présentent des risques plus élevés d'agents pathogènes d'origine alimentaire. (Getty)

 

Une seule épidémie de maladie d'origine alimentaire dans les fruits et légumes a été attribuée de manière concluante aux oiseaux : une épidémie de Campylobacter dans des pois d'Alaska. Bien que cette bactérie puisse provoquer des diarrhées et d'autres maladies d'origine alimentaire chez l'homme, elle est moins préoccupante pour les producteurs que l'E. coli et la Salmonelle, qui ont été responsables de multiples épidémies dans tout le pays. 

Dans cette étude, les chercheurs ont compilé plus de 11 000 analyses bactériennes de matières fécales d'oiseaux sauvages et ont constaté que Campylobacter était détecté dans 8 % des échantillons. Mais les E. Coli et Salmonella pathogènes n'ont été trouvés que dans de très rares cas (moins de 0,5 %).

En plus des tests bactériens, les chercheurs ont mené environ 1 500 enquêtes sur les oiseaux dans 350 champs de produits frais dans les États de l'Ouest et ont recueilli plus de 1 200 échantillons fécaux dans les champs. Ils ont ensuite modélisé la prévalence des agents pathogènes dans les matières fécales, les interactions avec les cultures et la probabilité que différentes espèces d'oiseaux défèquent sur les cultures pour déterminer le risque.

Les oiseaux insectivores présentent un risque moindre

D'après ces données, les oiseaux insectivores, comme les hirondelles, présentent un risque moindre, tandis que les oiseaux qui se rassemblent près du bétail, comme les merles et les étourneaux, sont plus susceptibles de transmettre des agents pathogènes.

Les données peuvent aider l'industrie agricole à déterminer les risques et à prendre des mesures, par exemple en séparant les cultures vivrières des terres d'élevage. Il n'est pas non plus nécessaire de traiter tous les oiseaux de la même manière.

"Les agriculteurs n'ont peut-être pas besoin de se préoccuper de la même manière de tous les types d'oiseaux", a déclaré M. Karp. "Nos données suggèrent que certains des oiseaux ravageurs qui peuvent vraiment profiter à la production agricole ne sont peut-être pas si risqués du point de vue de la sécurité alimentaire."

Karp001_tree swallow

Les agriculteurs pourraient être en mesure de favoriser les espèces insectivores comme cette hirondelle bicolore en installant des nichoirs sans augmenter les risques pour la sécurité alimentaire. (Olivia Smith)

La suppression de l'habitat peut être à double tranchant

Cette étude et les travaux antérieurs des auteurs indiquent que la suppression de l'habitat autour des exploitations agricoles peut en fait profiter aux espèces qui présentent le plus de risques et nuire aux espèces bénéfiques, qui se nourrissent de parasites et présentent moins de risques pour la sécurité alimentaire. En effet, de nombreux insectivores prolifiques peuvent se rendre dans les champs de culture pour manger des parasites, mais ont besoin d'habitats naturels proches pour survivre. En revanche, de nombreuses espèces d'oiseaux qui transportent le plus souvent des agents pathogènes d'origine alimentaire se développent facilement dans les exploitations d'élevage et de production sans habitat naturel à proximité.

Autres résultats

Les oiseaux insectivores qui se nourrissent dans la canopée des arbres constituent une menace minime car ils sont moins susceptibles de transporter des agents pathogènes d'origine alimentaire et d'entrer en contact direct avec les produits. Ils peuvent également être des éléments précieux de l'écosystème, notamment s'ils mangent des parasites susceptibles de nuire aux cultures. L'installation de nichoirs à oiseaux pourrait attirer les mangeurs de parasites et contribuer aux efforts de conservation.

"Nous ne savions pas quels oiseaux posaient problème", a déclaré l'auteur principal, Olivia Smith, chercheuse postdoctorale à l'université d'État du Michigan, qui était à l'université de Géorgie lorsque l'article a été rédigé. "Je pense que c'est un bon pas en avant pour le domaine".

Parmi les autres institutions co-auteurs, citons l'université James Cook, l'université Berkeley, l'université Riverside, l'université du Kentucky, l'université du Texas, l'institut polytechnique et l'université d'État de Virginie, l'université d'État de Washington, BIOEPAR, The Nature Conservancy et l'institut Van Andel.

Ces recherches ont été financées par le ministère américain de l'agriculture et la National Science Foundation.

Lien vers l'article d'origine