En savoir plus

A propos des cookies

Qu’est-ce qu’un « cookie » ?

Un "cookie" est une suite d'informations, généralement de petite taille et identifié par un nom, qui peut être transmis à votre navigateur par un site web sur lequel vous vous connectez. Votre navigateur web le conservera pendant une certaine durée, et le renverra au serveur web chaque fois que vous vous y re-connecterez.

Différents types de cookies sont déposés sur les sites :

  • Cookies strictement nécessaires au bon fonctionnement du site
  • Cookies déposés par des sites tiers pour améliorer l’interactivité du site, pour collecter des statistiques

> En savoir plus sur les cookies et leur fonctionnement

Les différents types de cookies déposés sur ce site

Cookies strictement nécessaires au site pour fonctionner

Ces cookies permettent aux services principaux du site de fonctionner de manière optimale. Vous pouvez techniquement les bloquer en utilisant les paramètres de votre navigateur mais votre expérience sur le site risque d’être dégradée.

Par ailleurs, vous avez la possibilité de vous opposer à l’utilisation des traceurs de mesure d’audience strictement nécessaires au fonctionnement et aux opérations d’administration courante du site web dans la fenêtre de gestion des cookies accessible via le lien situé dans le pied de page du site.

Cookies techniques

Nom du cookie

Finalité

Durée de conservation

Cookies de sessions CAS et PHP

Identifiants de connexion, sécurisation de session

Session

Tarteaucitron

Sauvegarde vos choix en matière de consentement des cookies

12 mois

Cookies de mesure d’audience (AT Internet)

Nom du cookie

Finalité

Durée de conservation

atid

Tracer le parcours du visiteur afin d’établir les statistiques de visites.

13 mois

atuserid

Stocker l'ID anonyme du visiteur qui se lance dès la première visite du site

13 mois

atidvisitor

Recenser les numsites (identifiants unique d'un site) vus par le visiteur et stockage des identifiants du visiteur.

13 mois

À propos de l’outil de mesure d’audience AT Internet :

L’outil de mesure d’audience Analytics d’AT Internet est déployé sur ce site afin d’obtenir des informations sur la navigation des visiteurs et d’en améliorer l’usage.

L‘autorité française de protection des données (CNIL) a accordé une exemption au cookie Web Analytics d’AT Internet. Cet outil est ainsi dispensé du recueil du consentement de l’internaute en ce qui concerne le dépôt des cookies analytics. Cependant vous pouvez refuser le dépôt de ces cookies via le panneau de gestion des cookies.

À savoir :

  • Les données collectées ne sont pas recoupées avec d’autres traitements
  • Le cookie déposé sert uniquement à la production de statistiques anonymes
  • Le cookie ne permet pas de suivre la navigation de l’internaute sur d’autres sites.

Cookies tiers destinés à améliorer l’interactivité du site

Ce site s’appuie sur certains services fournis par des tiers qui permettent :

  • de proposer des contenus interactifs ;
  • d’améliorer la convivialité et de faciliter le partage de contenu sur les réseaux sociaux ;
  • de visionner directement sur notre site des vidéos et présentations animées ;
  • de protéger les entrées des formulaires contre les robots ;
  • de surveiller les performances du site.

Ces tiers collecteront et utiliseront vos données de navigation pour des finalités qui leur sont propres.

Accepter ou refuser les cookies : comment faire ?

Lorsque vous débutez votre navigation sur un site eZpublish, l’apparition du bandeau « cookies » vous permet d’accepter ou de refuser tous les cookies que nous utilisons. Ce bandeau s’affichera tant que vous n’aurez pas effectué de choix même si vous naviguez sur une autre page du site.

Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur le lien « Gestion des cookies ».

Vous pouvez gérer ces cookies au niveau de votre navigateur. Voici les procédures à suivre :

Firefox ; Chrome ; Explorer ; Safari ; Opera

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de INRAE par email à cil-dpo@inrae.fr ou par courrier à :

INRAE
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2021

Menu Logo Principal Oniris

Biologie Epidémiologie et Analyse de Risque en santé animale

BIOEPAR - http://www6.angers-nantes.inra.fr/bioepar

Vacciner ou ne pas vacciner : cas d’une maladie infectieuse des bovins

Vacciner ou ne pas vacciner : cas d’une maladie infectieuse des bovins
La vaccination peut être très efficace pour lutter contre les maladies infectieuses. Mais de nombreux facteurs sont en jeu et il est parfois difficile de savoir si la vaccination est vraiment avantageuse. Un modèle de simulation de la propagation d’une maladie infectieuse des bovins a été développé par des chercheurs de l’UMR BIOEPAR (INRAE-Oniris) pour aider à la prise de décision de vaccination.

La vaccination : de nombreux paramètres à prendre en compte

La vaccination est l’une des principales stratégies de lutte contre les maladies infectieuses. La protection apportée peut prendre diverses formes : protection contre l’infection, contre la transmission de l’agent pathogène si infection, voire seulement contre les symptômes ; protection pérenne ou temporaire ; protection totale ou partielle selon l’efficacité du vaccin ; vaccin facile à conditionner et administrer, etc. Les contraintes peuvent aussi être sociales (adhésion à la vaccination, accessibilité du vaccin) ou financières. Ce dernier point est particulièrement important pour les animaux d’élevage qui sont élevés dans un objectif de production et  de rentabilité. Un éleveur a intérêt à vacciner ses animaux si leur bien-être est en jeu et si le coût de la vaccination est moindre que le coût des pertes de production et de bien-être attendues sans vaccination. Savoir quand il est judicieux de vacciner est une question ardue, les conditions requises pouvant varier selon les caractéristiques des élevages et au cours du temps selon l’exposition au risque d’infection.

Figure-Retour-sur-investissement-vaccination-BVD

Retour sur investissement après vaccination contre la BVD selon le système d’élevage et le niveau de risque d’introduction du virus par le voisinage. Les barres représentent 80 % des valeurs obtenues pour chaque scénario répété 1000 fois, avec la médiane au milieu. Les résultats sont variables, car de nombreux événements sont aléatoires.

La diarrhée virale bovine, une maladie à l’origine de pertes économiques importantes

Au sein de l’Unité Mixte de Recherche BIOEPAR (INRAE-Oniris), et en partenariat avec GDS-Bourgogne-Franche-Comté (groupement de défense sanitaire de Bourgogne-Franche-Comté) et l’Institut de l’Élevage, des scientifiques de l’équipe DYNAMO ont contribué à répondre à cette problématique dans le cas d’une maladie endémique des bovins : la diarrhée virale bovine (ou BVD). Malgré de nombreux programmes régionaux ou nationaux mis en place pour maîtriser cette maladie, le virus de la BVD circule toujours, notamment en France, et provoque des pertes économiques importantes pour les éleveurs, surtout suite à son introduction dans un troupeau indemne. Ce virus se transmet par contact entre animaux d’un même troupeau ou avec ceux des troupeaux voisins, mais peut également être introduit dans la population par l’achat d’un animal infecté. Les animaux à vacciner en priorité sont les femelles reproductrices, car une infection pendant la gestation peut donner lieu à la naissance de veaux infectés de manière persistante (IPI), qui excrètent fortement le virus toute leur vie et meurent prématurément. La période la plus à risque d’introduction du virus dans un troupeau sera donc la période où les vaches gestantes sont au pâturage, exposées au risque de transmission par le voisinage. La manière dont le troupeau est géré influence le risque d’introduction et de circulation du virus, selon la concomitance entre périodes de mise à la reproduction et de pâturage, ainsi que l’existence ou non de contacts entre les vaches (à risque de s’infecter) et les veaux (parmi lesquels se trouvent la plupart des IPI).

Le modèle simule la propagation et permet de quantifier le bénéfice économique de la vaccination

 Un modèle de simulation de la propagation du virus de la BVD dans un troupeau bovin allaitant a été développé pour évaluer le bénéfice économique de la vaccination. Il prend en compte les caractéristiques de l’infection (taux de transmission, d’avortements, de mortalité des IPI, etc), de la vaccination (probabilités de protection contre l’infection, contre les symptômes, etc) et du système d’élevage (périodes de vêlage et de pâturage, nombre de femelles pour la reproduction, date de sevrage, etc). L’influence du système d’élevage a été testée en considérant trois systèmes  représentatifs d’une grande proportion des élevages allaitants français, regroupée au sein de trois bassins. Étonnamment, même avec des systèmes d’élevage proches (troupeau allaitant avec une saison de vêlage au pâturage), la vaccination est économiquement intéressante en bassin Charolais, mais ne l’est pas en bassin Limousin et en bassin Midi-Pyrénées Languedoc-Roussillon (figure). Ce résultat a été observé quel que soit le niveau de risque d’introduction du virus par le voisinage. Des travaux sont en cours pour déterminer quelles caractéristiques du système d’élevage influent sur ces observations. Compte tenu des avancées de l'éradication de la BVD en France et de l'évolution de la surveillance vers un dépistage sérologique dans plusieurs régions, il convient d'intégrer dans la réflexion la baisse de prévalence générale et le risque d'interférence de la vaccination avec le dépistage.

Ce travail met en évidence l’importance de la prise en compte des spécificités de chaque système d’élevage pour choisir de vacciner ou non. Des outils d’aide au conseil sont proposés par l’équipe DYNAMO, construits à partir de ces modèles de recherche.

Publication associée : Arnoux, S., Bidan, F., Damman, A., Petit, E., Assié, S., Ezanno, P., 2021. To Vaccinate or Not: Impact of Bovine Viral Diarrhoea in French Cow-Calf Herds. Vaccines 9, 1137. https://doi.org/10.3390/vaccines9101137

Partenaires scientifiques : GDS-Bourgogne-Franche-Comté - Institut de l’Élevage

Financement :  ce travail a été financé par l'Agence Nationale de la Recherche (ANR), Programme Investissements d'Avenir, projet ANR-10-BINF-07 (MIHMES), le Fonds Européen de Développement Régional (FEDER Pays-de-la-Loire), le programme de recherche et d'innovation Horizon 2020 de l'Union Européenne sous la convention de subvention No.101000494 (DECIDE), et l'INRAE. Ce travail a été réalisé en utilisant les ressources HPC du GENCI-[CINES/IDRIS/TGCC] (subvention 2021-[A0100312468]).