En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal Agrocampus Ouest Université d'Angers   IRHS

IRHS

ResPom

L’objectif principal de l’équipe ResPom est d’améliorer la résistance du pommier et du poirier vis-à-vis de leurs bioagresseurs, soit génétiquement, soit par application de Stimulateurs de Défense des Plantes (SDP) et en ciblant particulièrement les trois bioagresseurs majeurs du pommier, Venturia inaequalis (tavelure), Erwinia amylovora (feu bactérien) et Dysaphis plantaginea (puceron cendré). L’optimisation de l’immunité du verger est réfléchie dans un modèle conceptuel agroécologique (voir figure ci-dessous), qui intègre non seulement les résistances intrinsèques (génétiques) et induites (SDP) de la plante et la diversité des bioagresseurs, mais également les sources de variabilité comme les pratiques culturales, les facteurs climatiques et les facteurs biotiques additionnels. L’enjeu principal est d’atteindre un niveau d’immunité de la culture ainsi qu’un compromis croissance /immunité qui garantissent un niveau de production élevé que ce soit en quantité et en qualité.

Travailler sur un tel modèle nécessite plusieurs niveaux d’étude :

1) L’exploration approfondie des mécanismes moléculaires qui sous-tendent les résistances (qu’elles soient génétiques ou induites). Cette exploration est entreprise à différents niveaux, ADN, ARN, protéines, métabolites, afin de :

i) clarifier la position génétique des QTLs de résistance et les mécanismes qu’ils contrôlent, en utilisant la diversité génétique des pommiers et ses pedigrees, des descendances construites ou issues de Malus et Pyrus sauvages,

ii) approfondir les connaissances sur les « effecteurs de résistance » (c’est-à-dire les protéines et métabolites qui limitent le développement des bioagresseurs) et les mécanismes de leur régulation, par des analyses fonctionnelles, notamment l’édition de gènes, afin d’évaluer et d‘optimiser de manière plus précise les méthodes de protection basée sur l’immunité du pommier,

iii) explorer la variabilité génétique du métabolisme primaire et secondaire et le compromis probable entre (a) défenses intrinsèques et/ou induites et (b) valeur agronomique (croissance de l’arbre, qualité du fruit).

ResPom collabore avec d’autres équipes de l’IRHS et de la SFR Quasav pour évaluer les pressions de sélection exercées par les différents types de résistance sur les populations de bioagresseurs, en particulier V. inaequalis (Ecofun), déterminer le rôle du microbiote dans la résistance induite (Emersys), approfondir les analyses métabolomiques (SMS, SONAS), contribuer à l’étude de l’organisation structurelle des gènes de résistance/défenses et leur implication dans l’expression de gènes (BiDefi), affiner la compréhension du contrôle épigénétique de la résistance (Valema) et promouvoir la sélection assistée par marqueurs (VaDiPom).

2) L’évaluation des effets des facteurs environnementaux incluant conditions climatiques et pratiques culturales sur la résistance. Cette connaissance est un enjeu majeur pour le déploiement réussi de nouvelles variétés combinant des niveaux de résistance élevés et une forte valeur agronomique, ainsi que pour l’utilisation efficace des SDP en pratique. Les interactions entre génétique (G), environnement (E) et pratiques culturales (P) sont analysées étape par étape :

i) GxE : grâce aux données de phénotypage générées dans le réseau REFPOP-pommier, la prédiction génomique est développée pour prévoir la valeur agronomique et l’adaptation des variétés/génotypes en utilisant des données de marqueurs SNP à l'échelle du génome et la modélisation éco-physiologique dans le cadre du projet européen INVITE,

ii) GxP : les interactions entre résistances intrinsèques et induites sont explorées soit dans la core collection, soit dans des descendances en ségrégation,

iii) ExP : les relations entre statut écophysiologique de l’arbre (conditionné par la nutrition et les facteurs climatiques) et sa réactivité aux SDP sont étudiées afin d’améliorer les préconisations de fertilisation et de traitements SDP en verger.

3) Le décryptage des multiples interactions entre leviers dans la combinaison GxExP afin d’optimiser l’immunité du pommier. Les études sont faites en verger en collaboration étroite avec l’unité expérimentale horticole (UE Horti, INRAE Angers) hébergeant trois parcelles spécifiquement dédiées à ce travail (incluant une parcelle multi-génotypes) et avec un réseau de stations expérimentales régionales. Différents programmes de conduite du verger intégrant les connaissances issues des axes 1 et 2 sont évalués afin d’optimiser l’immunité et la production. ResPom est aussi engagé dans une réflexion approfondie sur des systèmes de production en rupture, incluant des plantes de service (attraction et nutrition d’auxiliaires, répulsion des pucerons pour améliorer la protection vis-à-vis du puceron cendré), en collaboration avec l’IGEPP (équipe EGI, site d’Angers), l’UE Horti et l’unité de recherche PSH de l’INRAE Avignon, dans le cadre du projet PPR CapZéroPhyto. Cette réflexion doit conduire à la plantation d’un nouveau verger-système dans un avenir proche.

Schema_Respom